Roman à découvrir: Le seigneur des porcheries

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

AuteurTristan Egolf

Tristan Egolf

Année: 1998
Editions: France Loisirs

Lorsque le très jeune auteur (né en 1971) de ce livre tenta de trouver un éditeur dans son pays, il fut refusé partout. De guerre lasse, il  gagna Paris où il rencontra Patrick Modiano, qui le fit accepter chez Gallimard. Il parut donc en premier dans la traduction française.

 

Il raconte deux descentes en enfer: d’abord celle d’un garçon, enfant posthume d’un contremaître de mine, puis celle de la localité où il avait essayé de grandir et de se faire une place, la ville nommée Baker.

 

“En règle générale, deux résidents de la 3ème rue n’avaient aucune raison de ne pas se haïr cordialement, sauf quand ils considéraient les habitants de l’autre côté de Main Street. L’autre côté de Main Street, à son tour, vomissait tout ce qui n’était pas l’autre côté de Main Street, à moins que la conversation ne se tourne vers Pottville, auquel cas la population tout entière de Baker était réconciliée et unie face à l’ennemi commun.”

 

Cet état d’esprit, qui, malheureusement, n’est pas rare, engendrait une atmosphère de malveillance générale, qui fut sans doute à l’origine de l’accueil fait à John Kaltenbrunner dès son arrivée à l’école, et les traitements brutaux qu’il subit par la suite. Sa revanche fut néfaste aux habitants de Baker .

 

On comprend pourquoi aucun éditeur Étasunien n’ait accepté de publier un tel “brûlot”, mais la vérité doit être dite, et faire réfléchir ceux qui l’entendent.

 

Ce récit est écrit dans un registre mouvementé, toujours teinté d’un humour noir qui ne s’arrête jamais, même aux moments les plus sombres, de sévir et d’appuyer là où ça fait mal.

Lu par Elisabeth Le Tutour


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *